Le procès de Luka Rocco Magnotta, le « dépeceur de Montréal », s’est ouvert aujourd’hui

Il avait terrorisé l’Europe en mai 2012, et sa cavale entre Montréal, Berlin et Paris s’était achevée par son arrestation. Le Canadien Luka Rocco Magnotta, appelé également « le dépeceur de Montréal » est jugé à compter d’aujourd’hui.

Il est accusé par la justice canadienne d’avoir tué et découpé le corps d’un étudiant chinois avant de diffuser les images insoutenables de son crime sur Youtube. Il avait également envoyé les mains et les pieds de sa victime par la poste à des écoles et des partis politiques.

Aujourd’hui âgé de 32 ans, Luka Rocco Magnotta a grossi depuis son arrestation et a perdu de sa superbe. Luka Magnotta, ancien acteur porno également connu sous les noms d’Eric Clinton Newman (son vrai nom) ou Vladimir Romanov, n’hésitait pas à l’époque à s’exhiber sur le net, et a publier certaines de ses photos sur de nombreux forums d’échanges ou sites de rencontre entre homosexuels.

© Reuters

Luka Rocco Magnotta en 2012

Il a reconnu les faits qui lui sont reprochés, mais a toutefois plaidé « non coupable » des cinq chefs d’accusation retenus contre lui, à savoir meurtre par préméditation, outrage sur cadavre, production de matériel obscène, utilisation du service postal pour les diffuser et harcèlement du premier ministre et de certains députés.

Le début d’un procès de six semaines

Le procès doit durer au moins six semaines, pour une affaire qui est l’une des plus retentissantes que le Canada ait connue. Après avoir commis son crime odieux, le jeune tueur présumé avait ensuite pris l’avion pour Paris, après avoir envoyé certaines parties du corps de sa victime au siège du Parti conservateur canadien et à celui du Parti libéral, à Ottawa, ainsi qu’à deux écoles de Vancouver. La tête de l’étudiant chinois n’avait été retrouvée que quelques mois plus tard dans un parc de Montréal.

Lors de son passage en France, Magnotta avait été aperçu dans un bar du quartier des Batignolles, dans un hôtel sordide de Bagnolet, et avait été hebergé par un habitant de Clichy-la-Garenne, qu’il avait rencontré sur internet. Il avait finalement été stoppé dans sa course le 4 juin 2012, dans un cybercafé de Berlin, avant d’être extradé vers le Canada.

Partager >>