Un député sanctionné pour un écart de langage avec la présidente de séance

Le député UMP Julien Aubert a été sanctionné hier soir pour s’être obstiné à nommer la présidente de séance Sandrine Mazetier « Madame le Président ».

Cet écart de langage contrevient à l’usage et au règlement de l’Assemblée Nationale, qui prévoit depuis 1998 l’obligation de féminiser les fonctions exercées dans l’Assemblée par des femmes.

La soirée était aux débats sur le projet de loi sur la transition énergétique, et le député de droite s’est adressé à plusieurs reprises à la présidente de séance socialiste, en ponctuant son intervention de plusieurs « Madame le Président ».

© Sebastien Soriano / Le Figaro

Julien Aubert, député UMP à l’Assemblée Nationale

Après avoir eu un rappel des règles de langage, l’élu n’a pas cessé, et son comportement a été porté au procès-verbal de la séance. Il a également été sanctionné : il sera privé du quart de son indemnité parlementaire.

Le député avance l’application des règles de l’Académie Française

Certains députés de droite ont aussitôt sonné la charge, dénonçant une « police de la pensée ». Le député sanctionné n’en était pas à son premier coup d’éclat en la matière, puisqu’il avait déjà manqué au règlement de la même manière en 2013.

L’élu a justifié une stricte application de la langue française, conforme au dictionnaire de l’Académie Française. Mais les usages classiques, dont la création remonte au 17ème siècle, sont désormais obsolètes, et doivent s’incliner devant les règlements officiels du Parlement français.

Partager >>