Jennifer Lawrence s’exprime pour la première fois depuis la diffusion de ses photos nue

Jennifer Lawrence ne s’était jamais vraiment confiée sur les révélations de ses photos nue. Trois vagues de publication ont eu lieu depuis la fin du mois d’août, et la jeune femme a décidé de s’exprimer à ce sujet dans un entretien exclusif donné au magazine Vanity Fair américain.

L’héroine de Hunger Games qualifie le piratage d' »écoeurant » : « Le fait que je sois une actrice, une personnalité publique, ne signifie pas que j’ai demandé à ce que ça m’arrive! Cela ne fait pas partie du job! C’est mon corps, et ça devrait être mon choix, et le fait que ça n’ait pas été mon choix est absolument écoeurant« , a-te-elle déclaré au magazine, avant d’ajouter « J’ai du mal à croire qu’on vive dans un monde comme celui-là« .

Jennifer Lawrence iCloud

La jeune femme indique également qu’elle a tenté de faire circuler un communiqué de presse à la suite du piratage de son compte iCloud, mais sans succès. « Chaque chose que j’écrivais me faisait pleurer ou me mettait en colère. J’ai commencé à écrire une lettre d’excuse, mais je n’ai aucune raison de m’excuser! »

Des photos de Jennifer Lawrence nue pour son petit-ami

En plus d’être arrivées sur la toile par fraude, les photos de l’actrice ont particulièrement surpris, car elle apparaissait complètement nue, et dans des positions très suggestives. A ce sujet, Jennifer Lawrence avance la nature de sa relation avec Nicholas Hoult : « J’étais en couple pendant quatre ans, notre relation était aimante, saine et formidable. C’était aussi une relation à distance. Donc soit ton petit ami regarde du porno, soit il te regarde toi. »

Pour l’actrice oscarisée, « les gens qui ont regardé ces photos se rendent coupable d’un délit sexuel« , car elle n’a donné à personne l’autorisation d’avoir accès à l’image de son corps nu. Une faute qu’elle qualifie même « d’exploitation sexuelle« , dont les pirates informatiques sont les premiers coupables.

A ce propos, Jennifer Lawrence indique qu’il convient de changer la loi. Malgré l’émotion du scandale, l’actrice semble aller mieux depuis quelque semaines. « Je ne pleure plus à ce sujet. Je ne peux plus être en colère. Et je ne peux pas baser mon bonheur sur le fait que ces gens seront peut-être arrêtés, parce que ce ne sera peut-être pas le cas. Je dois trouver moi-même la paix« , indique-t-elle à Vanity Fair pour conclure.

Partager >>