Ebola : L’aide soignante espagnole n’aurait plus le virus

C’est un énorme soulagement pour l’Espagne : l’aide-soignante ayant contracté le virus Ebola, s’en est finalement sorti, et demeure désormais hors de danger. L’Espagne se relève d’une crise, alors que six nouveaux cas suspects avaient été annoncés depuis jeudi dernier. 

LIBERIA-WAFRICA-HEALTH-EBOLA

Les tests sont enfin négatifs

En l’espace de quatre jour, l’Espagne a connu de gros bouleversements vis à vis du virus Ebola. Alors que six nouvelles personnes ont été suspectées d’avoir contracté le virus, elles avaient du intégrer d’urgence différents hôpitaux. L’aide-soignante Teresa Romero, premier cas d’Ebola en Europe, hospitalisée depuis le 6 octobre, demeurait dans un état critique. Toutefois, les tests pratiqués aujourd’hui, y compris pour l’aide-soignante, se sont révélés négatifs. Teresa Romero, âgée de 44 ans, n’a donc plus de charge virale. Elle avait contracté le virus après avoir soigné un missionnaire espagnol revenu du Libéria, et s’être touché l’oeil avec un gant de sa combinaison, contaminée.

L’Espagne sort enfin de la crise Ebola

Health workers attend a protest outside La Paz Hospital calling for Spain's Health Minister Ana Mato to resign after a Spanish nurse contracted Ebola, in MadridOn pourra considérer que l’Espagne sera définitivement sortie d’affaire le 27 octobre, date à laquelle la période d’incubation de l’aide-soignante s’achèvera. Il n »y aura plus de risque de contagion à son contact. Quinze personnes l’ayant côtoyée sont actuellement en observation dans le même hôpital. Elles ne présentent toujours pas de symptômes. Le cas de Teresa Romero pourra en quelque sorte être classé. L’aide-soignante a mobilisé, lors de sa prise en charge, une cinquantaine de personnel soignant. L’Espagne peut donc entr’apercevoir le bout du tunnel. Cet événement avait suscité des polémiques au sein du pays : Ana Mato, ministre de la Santé espagnole , avait été vivement critiquée, accusé d’avoir mal communiqué et géré la situation.

 

Partager >>