Massacre à la tronçonneuse : quarante ans et tout son mordant

En 1974, un cinéaste de 31 ans appelé Tobe Hooper prenait le public par surprise en sortant un film d’horreur décapant, choquant et radical : Massacre à la tronçonneuse.

Entouré d’une réputation sulfureuse, le film sera interdit en France pendant plusieurs années, puis frappé d’une interdiction aux moins de 18 ans lors de sa sortie en cassette VHS par René Château, avant d’être enfin distribué en salles en 1982.

Bien loin de ces années de censure, la France ressort aujourd’hui au cinéma cette oeuvre fondatrice, qui a marqué une génération de spectateurs et a inspiré une flopée d’imitation gores.

Pourtant, l’intrigue se base sur un fait divers réel survenu dans les années 50 : les exactions du tueur en série Ed Gein, qui avait déjà inspiré le Psychose d’Alfred Hitchcock.

Mais dans la version de Tobe Hooper, l’accent est mis sur la famille de dégénérés qui décime les touristes osant s’aventurer sur leurs terres texanes.

Le titre original est d’ailleurs “The Texas Chainsaw Massacre”. La vedette est bien entendu le porteur de la tronçonneuse, un colosse masqué d’un patchwork de chair humaine, surnommé Leatherface.

Outre les plagiats divers qu’il a généré, l’héritage direct du film est déjà foisonnant.

En 1986, Tobe Hooper lui-même réalise une suite avec Dennis Hopper en shérif frappadingue.

En 1990, un troisième film est sobrement titré Leatherface, et recentre l’action sur le tueur.

Et en 1994, un quatrième opus appelé “La nouvelle génération” met en scène un tout jeune Matthew McConaughey et une Renée Zellweger pas encore passée sous les couteaux des chirurgiens esthétiques.

En 2003, la franchise renait sous l’égide du producteur Michael Bay, qui confie à Marcus Nispel la réalisation d’un remake.

DROn y voit Jessica Biel et Jonathan Tucker, ainsi que R. Lee Ermey qui jouait le sergent-instructeur dans Full Metal Jacket. En 2006, Jonathan Liebesman réalise la préquelle Massacre à la tronçonneuse : le commencement.

Enfin, l’an dernier, un nouveau remake voit le jour… en 3D. L’occasion de faire gicler davantage de sang et de membres découpés. Au générique, on croise Scott Eastwood, fils de Clint.

Partager >>