Feu vert d’Ankara pour les peshmerga d’Irak

Des peshmerga à la rescousse de leurs frères de combat

Des combattants kurdes irakiens ont enfin pu arriver la nuit dernière après l’autorisation des autorités turques donnée la semaine dernière. Ils vont rejoindre la ville de Kobané assiégée par les djihadistes de l’EI depuis plus de 6 semaines.

Arrivés via un aéroport dans le sud de la Turquie, ils se sont immédiatement mis en route vers la frontière syrienne escortés par quelques blindés de l’armée turque. D’autres peshmerga sont arrivés via le poste frontière de Habur dans la province turque de de Sirniak.

Plusieurs centaines de personnes ont accueillis les combattants en agitant des drapeaux kurdes
Un envoyé spécial de France24 précise que les deux convois ont été ralentis par des manifestations de joies des Kurdes de Turquie mais attendaient de se rejoindre pour passer la frontière turco-syrienne. La troupe des peshmerga devrait atteindre la ville de Kobané dans la journée.
C’est au total quelques 150 à 200 combattants qui devraient porter assistance à leurs frères d’armes en proie aux attaques des djihadistes depuis le 16 septembre.

Bulent-Kilic-AFP

Bulent-Kilic-AFP

Il semblerait que ce nouveau contingent de combattants kurdes ne devrait pas participer directement aux combats, mais surtout acheminer des armements plus conséquents du type de pièces d’artilleries et de mitrailleuses lourdes.

D’après le même reporter de France24, Roméo Langlois, les combattants du Parti de l’Union Démocratique en Syrie sont suffisamment aguerris et plus que tout, en face des djihadistes de l’EI puissamment armés depuis la prise de Mossoul, ils ont un  besoin  vital d’armements.

C’est grâce à la pression de la coalition, dont les Etas Unis sont le chef de file, qu’Ankara à autorisé le passage de ces peshmergas sur son territoire. Les autorités turques sont excessivement circonspectes redoutant que ce genre d’opération ne renforce les indépendantistes du PPK en guerre avec la Turquie depuis trois décennies

Partager >>