Crise cardiaque : bientôt sauvés par des drones ?

Apporter un défibrillateur en un temps record sur une zone donnée, c’est bientôt possible. Un étudiant d’une université de Deft, aux Pays-Bas l’a prouvé : il a présenté un prototype de drone pouvant géolocaliser les incidents et y apporter de l’aide.

Le drone proposé par l’étudiant permet dans un premier temps de localiser les appels d’urgences. Il peut ensuite se déplacer à près de 100 kilomètres-heure pour se rendre de manière indépendante sur le lieux de l’incident, tout en portant une charge équivalente à 4 kilos (soit le poids d’un défibrillateur).

easiaAlec Momont, l’étudiant ayant développé ce drone, explique qu’environ « 800.000 personnes sont victimes chaque année d’arrêt cardiaques en Europe, et seulement 8% d’entre elles survivent » (pour mémoire, dont environ 40.000 en France).

En effet, les équipes de soin mettent en règle générale près de 10 minutes à arriver sur les lieux de l’accident. Or, les victimes ne mettent que quelques minutes à succomber, entre 4 et 6.

Un outil révolutionnaire

Or justement, le drone permettrait de remédier à cet état de fait. Équipé de ses 6 hélices, il peut trouver son chemin en une minute dans un rayon de 12 kilomètres, grâce aux données GPS. Et avec sa caméra et son micro, l’équipe de soin pourrait réagir en direct. Selon les estimations de l’étudiant, il permettrait de faire passer les chances de survie de 8 à 80%.

Pour l’instant, le drone n’est qu’à l’état de prototype, mais pourrait coûter une fois terminé jusqu’à 15.000€ pièce, avec une structure en fibres de carbone, et des pièces provenant d’un imprimante 3D . Les services médicaux néerlandais sont déjà conquis par le programme. Alec Momont a d’ailleurs déjà prévu de développer tout un réseau de ces « drones d’urgences » dans le pays, d’ici les cinq prochaines années.

Le jeune concepteur a même déjà dans l’idée de multiplier les fonctions de son drone. Celui-ci pourrait alors agir dans n’importe quelle situation d’urgence et apporter par exemple « un masque à oxygène dans une zone sinistrée, ou de l’insuline à un diabétique ».

Partager >>