Sarkozy cherchait bien à détruire l’UMP

Oh, quel titre accrocheur ! Tout le monde l’a remarqué, depuis son « retour » en politique, Nicolas Sarkozy évitait avec beaucoup de soin de citer l’UMP. Il préférait « famille politique » et autres dérivés. Les plus malins en ont très vite conclu que c’était une façon inavouée de dire qu’il allait détruire l’UMP. Mauvaise analyse ? Absolument pas ! Le journal Le Monde soutient que le plan secret et machiavélique de Nicolas Sarkozy serait de tuer l’UMP après les départementales de 2015.

Sarkozy rêve de se débarrasser de cette grosse casserole de l’UMP

Sarkozy coule l'UMPJusque-là, Nicolas Sarkozy expliquait qu’il voulait tout changer dans l’UMP. A l’instar des « changements » sur sa personne et sur la France, sans doute. Le Monde affirme que l’ambition secrète de Sarkozy – outre l’immunité Judiciaire – serait de fermer le parti, et d’en faire un nouveau qui serait « une machine de guerre destinée à lui faire gagner la présidentielle de 2017 ». Deux choses resteront alors : le siège du parti (rue Vaugirard) et lui…

Mais, pourquoi ? Tout simplement parce que l’UMP est le parti du précédent mandat. C’est le premier point. Un mandat qui n’est pas très glorieux côté bilan. Ensuite, parce que c’est le parti des scandales en tout genre (Bygmalion, pour ne citer que celui-ci), ensuite, parce qu’il y a trop de divergences au sein de ce parti. Et puis, surtout, et ça n’engage que moi : parce qu’il en train de perdre la course à la Présidentielle de 2017. Mais chut.

Mais avant l’Elysée, Nicolas, il faut déjà battre Bruno et Alain !

Parce que notre Sakozy national voudrait mettre en place un tout nouveau système dans son nouveau parti ! Il souhaite (toujours d’après Le Monde) le décentraliser, faire davantage participer les adhérents, proposer des votes pour chaque piste de réformes etc. Bref, créer une utopie-rouleau-compresseur qui flatterait son électorat histoire de montrer que lui et son parti ont changés, qu’ils ne referont pas les mêmes erreurs qu’en 2007…

Le problème dans ce tableau idyllique, c’est que Nicolas Sarkozy n’a pas encore gagné la Présidence de l’UMP, il lui faut battre Bruno Le Maire et Hervé Mariton. Et ensuite…? Pour la Présidentielle (la vraie, celle de la France), il ne lui restera qu’à battre Fillon et Alain Juppé. Et concernant ce dernier, c’est loin d’être gagné…

A titre personnel, à la place des militants UMP, j’aurais quand même « les boules » de voir un homme vouloir la Présidence d’un parti pour le dissoudre à des fins purement personnelles. Mais, fort heureusement, je me suis évité cette cruelle problématique !

Partager >>