Big Bang, homosexualité : le Pape assouplit les positions du Vatican

Après avoir surpris le monde entier en déclarant que l’Eglise n’avait rien contre les homosexuels, et que le mariage n’était pas indispensable à la vie de couple, le pape François vient d’ajouter une pierre à son édifice progressiste en disant que la théorie du Big Bang n’était pas incompatible avec l’existence de Dieu.

Les catholiques traditionnels ne savent plus que croire ! Hier encore, pratiquants et évolutionnistes s’affrontaient pour savoir quel programme enseigner aux enfants dans les écoles américaines… et aujourd’hui, le pape valide la théorie en déclarant que science et religion ne sont pas incompatibles.

“Dieu n’est pas un magicien avec une baguette magique” dit-il. « Le ‘Big Bang’, qui est aujourd’hui considéré comme étant à l’origine du monde, ne contredit pas l’intervention créatrice de Dieu, au contraire, elle l’exige ».

(c) AFP

(c) AFP

Et Darwin dans tout ça ? François ne réfute pas ses thèses : « l’évolution dans la nature n’est pas en contradiction avec la notion de création (divine) parce que l’évolution exige la création d’êtres qui évoluent ».

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, ce type de propos n’est pas totalement inédit venant d’un locataire du Vatican. En 1950, c’est le pape Pie XII qui a ouvert la brèche en suggérant que l’évolution était une approche scientifique acceptable du développement de l’être humain.

En 1996, Jean-Paul II avait lui aussi soutenu cette affirmation en ajoutant que la théorie de l’évolution était “plus qu’une hypothèse”.

En 2011, Benoît XVI avait été plus modéré, en disant que ces théories, bien qu’elles ne contreviennent pas à la foi chrétienne, laissaient cependant de nombreuses questions en suspens.

Son conseiller le cardinal Schoenborn avait écrit  “L’évolution dans le sens d’ancêtre commun peut être vraie mais l’évolution au sens de celle de Darwin – un procédé non guidé et non planifié – n’est pas exacte.”

Partager >>