La France appelle à une mobilisation internationale pour le climat

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) a publié ce dimanche 2 novembre son dernier rapport, et le constat est alarmiste.

En effet, les concentrations de gaz à effet de serre n’ont jamais été aussi élevées depuis 800.000 ans. Si rien ne change, le rapport du Giec promet que les conséquences du réchauffement climatiques seront « graves, étendues et irréversibles ».

Ce document doit servir de base scientifique aux gouvernements pour parvenir à un accord global dans les négociations internationales qui se dérouleront à Paris l’année prochaine, en fin 2015.

lejddRajendra Kumar Pachauri, le président de l’organisation, assure à ce propos qu’il ne nous reste que peu de temps avant que les effets ne soient inéluctables (c’est-à-dire, avant que la température moyenne de la Terre n’augmente de 2°C).

En France, la réaction est venue de Laurent Fabius, le ministre des Affaires Etrangères, et Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie. Ils ont tous les deux appelé à une » mobilisation universelle et immédiate», à propos du réchauffement climatique. Ils ont également rappelé que c’est «une menace grave pour la biodiversité, la sécurité alimentaire et la santé ».

Des impacts du réchauffement climatique déjà présents

C’est Thomas Stocker, le vice-président du Giec, qui s’est exprimé à ce propos. Il a ainsi expliqué que « l’atmosphère et les océans se sont réchauffés, les quantités de neige et de glace ont diminué, le niveau de la mer a augmenté ».

Ces transformations sont visibles sur tous les continents : modification des précipitations, vagues de chaleur de plus en plus fréquentes …

Pour pouvoir inverser le mouvement, il faudrait idéalement que les émission de gaz à effet de serre soient réduite d’au minimum 40% entre 2010 et 2070, et totalement supprimées à partir de 2100.

Pour cela, des centaines de milliards de dollars devront être investis dans les quinze prochaines années, afin de se débarrasser des énergies fossiles, d’arrêter la déforestation, et d’améliorer l’efficacité énergétique.

 

Partager >>