Rising Star : La fin annoncée officiellement par M6

Durant tout ce vendredi après-midi, les infos allaient bon train : est-ce que oui ou non Rising Star va être arrêté ? Fin du suspsense, et par la même, du calvaire audio-visuel : oui, OUI ! M6 a osé le dire officiellement ! Champagne les amis !

Parce que Rising Star, c’est un concept qu’il faut regarder

Les idées,c ‘est toujours très beau. Toujours. Après, il faut les mettre en oeuvre et, surtout : se les coltiner. Alors, pour le télespectatuer qui est déjà particulièrement pris en otage par la médiocrité intellectuelle « zé » audiovisuelle, il faut dire que Rising Star c’était les oreilles et les yeux qui saignaient. Oh, mais non ! Ce n’est pas qu’une question de point de vue ! Pourquoi M6 arrêterait ce formidable programme s’il était si plébiscité par les spectateurs ? Hein ?

Ah ! Parce qu’au lieu d’une finale le 27 novembre, M6 avance la date au jeudi 13. Et pourquoi, je vous prie ? Parce que :

« L’adaptation française du format Rising Star, lancée sur M6 le 25 septembre dernier, n’a pas rencontré un public suffisamment large mais a été saluée comme un pari audacieux et innovant, affirme la chaîne. L’émission s’est révélée être une formidable réussite en matière de nouvelles technologies et de réseaux sociaux. M6, à travers sa filiale M6 Web, a développé son propre système de voting, ce qui lui a permis de franchir un nouveau pas dans la télévision interactive et de confirmer son leadership dans ce domaine. Plus de 13 millions de votes ont été générés au cours des sept premières émissions« .

Alors, oui, c’est beau, les réseaux sociaux ont fonctionné du feu de Dieu, mais côté culture, on repassera. Du coup, à la place, histoire de relever un peu le niveau (tousse), M6 va nous gaver avec la délicieuse saison 10 (inédite, rendez-compte !) de la non-moins incroyable série « Bones ».

Rappelons que la taxe sur l’audio-visuel sert à payer les chaînes publiques et non privées. Il n’est donc pas nécessaire de rentabiliser ce vol organisé en se collant devant M6. Non, ne me remerciez pas.

Partager >>