Soins dentaires : Macron veut davantage de transparence dans les prix

Interrogé il y a deux jours sur M6, le ministre de l’Économie Emmanuel Macron a exposé dans le magazine Capital ses priorités. Outre ses déclarations sur les réseaux autoroutiers, il faut retenir sa volonté d’imposer davantage de transparence aux prix associés aux soins dentaires, notamment celui des prothèses qui ne s’affiche pas sur les devis à l’heure actuelle.

Ces déclarations s’inscrivent dans le cadre de la réforme des professions réglementées à laquelle M. Macron souhaite s’attacher pour début 2015. En imposant la “dissociation de l’acte prosthétique”, il vise le développement de la concurrence et espère réduire globalement la facture pour le patient.

A l’heure actuelle, la pose d‘une prothèse dentaire est chiffrée librement par le chirurgien-dentiste, qui n’est obligé de fournir un devis que depuis 2009, et uniquement si la facture dépasse 70 euros. Ce devis n’est pas tenu de préciser les tarifs pratiqués par le prothésiste, mais il doit désormais (depuis juin dernier) afficher le prix de vente de ladite prothèse.

Qu’il s’agisse de couronnes, de bridges ou d’implants, les prothèses dentaires ont au final des prix très variés, la différence constatée pouvant aller de 30% d’un cabinet à un autre.

Les dentistes n’ont pas tardé à réagir aux propos du ministre. Ainsi, Thierry Soulié confie à Ouest-France : “il n’y a aucune raison d’indiquer le prix d’achats. À partir du moment où le patient va voir le prix affiché, il en fera son premier critère. Moi pas. Je choisis une prothèse en fonction du problème posé.”

Le Docteur Soulié ajoute qu’imposer plus de transparence aux prothésistes ne fera pas baisser le coût global, car le problème selon lui se situe au niveau du remboursement par l’assurance maladie. Ainsi, une couronne coûte près de 150€ au chirurgien-dentiste, qui facture sa pose 550€ au patient… et ce dernier n’est remboursé que de 75.25€ par l’assurance-maladie.

Partager >>