Affaire Jouyet : pas de copie de l’enregistrement pour François Fillon

François Fillon, qui avait demandé une copie de l’enregistrement de la conversation que deux journalistes du Monde, Gérard Davet et Fabrice Lhomme avaient eu avec le secrétaire général de l’Élysée, Jean-Pierre Jouyet, n’a pas eu satisfaction aujourd’hui.

L’ancien premier ministre souhaitait en effet que lui soit remis une copie de l’enregistrement, qui sera cependant dévoilée lors du procès en diffamation intenté par François Fillon.

Sur les bandes, Jean-Pierre Jouyet aurait affirmé que François Fillon lui aurait demandé « de taper vite » sur Nicolas Sarkozy afin d’empêcher son retour en politique. Cette version des faits avait tout d’abord démentie par les deux hommes.

AFP PHOTO / VALERY HACHE

Mais à la suite de la révélation de l’existence de cet enregistrement, Jean-Pierre Jouyet avait dû revenir en partie sur son démenti, affirmant que François Fillon lui avait parlé du dossier Bygmalion et du paiement des pénalités liées à l’invalidation des comptes de campagne de Nicolas Sarkozy.

François Fillon a déposé plainte pour diffamation lundi dernier

Un changement de version qui avait été très mal vécue par François Fillon, qui avait évoqué un « mensonge » et un « scandale d’État ». Le tribunal de Grande Instance de Paris a refusé ce jeudi de donner l’enregistrement à François Fillon, estimant que cette mesure n’était pas légalement admissible au regard notamment du secret des sources journalistiques.

L’élu de la Sarthe ne devrait pas faire appel de cette décision, mais a en revanche porté plainte pour diffamation, lundi dernier, contre les deux journaliste et le Secrétaire Général de l’Elysée. La partie de ce fameux enregistrement concernant le déjeuner entre Fillon et Jouyet devrait être produit lors des débats de cette audience, a indiqué l’avocat des journalistes à la presse.

Une première audience de procédure se tiendra le 13 janvier prochain, au cours de laquelle Jean-Pierre Jouyet sera invité à comparaître devant la 17ème chambre du Tribunal correctionnel de Paris. Toutefois, le procès ne devrait pas avoir lieu avant plusieurs mois.

Partager >>