Isabelle Adjani s’exprime au sujet de l’affaire Nabilla

Il y a maintenant plus de deux semaines que Nabilla a été mise en examen et placée en détention provisoire, tandis que Thomas Vergara, son compagnon, a passé plusieurs jours à l’hôpital après de graves blessures reçues dans la nuit du 6 au 7 novembre. Au sujet de cette affaire dont les contours restent encore à éclaircir, de nombreuses personnalités, comme Loana, ont fait leur commentaire personnel.

C’est au tour d’Isabelle Adjani, qui a profité d’une interview à Nice Matin pour donner son avis sur l’affaire judiciaire qui touche l’ancienne star de la télé-réalité. L’actrice de 59 ans, actuellement au théâtre dans la pièce Kinship, a fait part de toute sa compassion envers la jeune femme de 22 ans.

Nabilla 2

« Les femmes sont extrêmement maltraitées, a indiqué la comédienne. On vit dans un monde où les femmes n’ont jamais été autant en danger. Quand on est une actrice, on appartient à l’imaginaire des gens. Vous les avez fait rêver, vous les avez fait fantasmer, et si vous ne correspondez pas à ça des années après, ils tapent du pied et vous jugent. C’est comme les gens qui se mettent à critiquer en balançant des saloperies sur Internet. Mais de quel droit? La vulgarité de cette attitude est sidérante. Ça me désole sur la nature humaine« , a poursuivi l’interprète de La Reine Margot.

Isabelle Adjani trouve la situation de Nabilla cruelle

Pour Isabelle Adjani, la télé-réalité offre « une place empoisonnée et empoisonnante » à des personnes qui n’ont pas vraiment de talent. « Parfois, j’ai honte quand je me retrouve sur une couverture d’un magazine et constate la semaine suivante que quelqu’un qui n’est célèbre pour rien fait la Une« , considère la quinquagénaire.

« Quand je vois ce qui se passe avec Nabilla, quelle cruauté! Ce n’est pas mon monde« , conclut la star française, tout de même compatissante avec la bimbo. Pour le moment, Nabilla reste en détention, comme l’a décidé la semaine dernière le parquet de Versailles.

La jeune femme a cependant obtenu le droit de recevoir du courrier et d’avoir quelques communications téléphonique, mais n’a pas réussi à récupérer son smartphone, qui était une véritable addiction pour elle.

Partager >>