Independence Day : les aliens reviennent vingt ans après

Souvenez-vous : en 1996, le film-évènement de l’été s’appelait Independence Day, et racontait l’invasion de la Terre par une armée d’extraterrestres hostiles.

Le sujet et son iconographie n’avaient rien de révolutionnaires, ils évoquaient directement la série V des années 80, et plus généralement la science-fiction américaine des années 50 et 60, mais le film s’était avéré suffisamment spectaculaire pour fédérer un public avide de sensations fortes et de bons sentiments.

Vingt ans après, en juin 2016, 20th Century Fox a confirmé que les spectateurs pourront découvrir la suite de l’histoire, à nouveau réalisée par Roland Emmerich.

(c) 20th Century Fox

(c) 20th Century Fox

Il est amusant de constater que ce sont des cinéastes allemands qui ont dirigé quelques uns des films les plus patriotes du Hollywood des années 90 : Independence Day mettait en scène un président des USA capable de piloter un avion de chasse pour battre les aliens, tandis qu’Air Force One (réalisé par Wolfgang Petersen) montrait Harrison Ford dans le rôle d’un président lui aussi versé dans l’art du bottage de fesses. Roland Emmerich a par ailleurs réalisé… The Patriot, avec Mel Gibson.

Le premier volet avait pour vedettes Will Smith en militaire et Jeff Goldblum en scientifique excentrique. Si le premier a refusé de revenir dans la suite, le second en revanche pourrait bien être de la partie.

Si le succès est au rendez-vous, il est d’ores et déjà prévu d’enchainer sur un troisième opus. L’objectif : dupliquer les recettes du premier, qui avait engrangé plus de 815 millions de dollars dans le monde. Il faut cependant noter qu’il était sorti à une époque où les invasions extraterrestres connaissaient un pic de popularité grâce à la série X-Files. En 1997, Mars Attacks de Tim Burton surfait également sur cette vague, bien moins porteuse aujourd’hui.

Roland Emmerich est également connu pour ses autres films à grand spectacle : Universal Soldier, Stargate, Godzilla, Le jour d’après, 10 000 ou encore 2012.

Partager >>