Jean Dujardin affirme n’avoir jamais touché à la cocaïne

Jean Dujar­din fait actuel­le­ment la promo­tion de son dernier film, La French. Il y interprète le Juge Michel, qui a fait de la lutte contre le grand bandi­tisme son cheval de bataille, et l’arrestation du plus grand parrain de la drogue du sud de la France, dans les années 1970, son seule objectif. Ce personnage détestable est d’ailleurs incarné à l’écran par son meilleur ami dans la vie, Gilles Lellouche.

L’ex d’Alexandra Lamy a répondu aux ques­tions de Nikos Aliagas et des audi­teurs de la station Europe 1 dans un entretien qui sera diffusé samedi à 11 heures. L’un d’entre eux lui a demandé s’il prenait de temps en temps « une petite ligne de coke pour aider sa créa­ti­vité ».

© Shutterstock

Une ques­tion qui a fait rire le comédien et à laquelle il a répondu sans langue de bois. « Je suis très serein avec ça, je n’ai jamais pris une seule ligne de coke », a-t-il avoué. « Alors je sais que ça va faire marrer plein de mecs et plein de mauvaises langues, mais je n’ai pas besoin de le jurer sur mes enfants, je n’ai jamais pris une seule ligne de coke?! » a insisté Jean Dujardin.

Celui que l’on peut voir actuellement dans les nouvelles publicités Nespresso estime qu’il n’en a « tout simple­ment pas besoin ». Et usant de sa répartie habituelle, il a conclu par : « Et ma mère ne veut pas ! »

Pas de cocaïne pour Jean Dujardin, mais un apéro entre amis, oui

En revanche, le comé­dien n’est pas hostile à un petit verre avec des potes de temps en temps. « J’aime bien la bringue, boire des coups, ça c’est même un truc qui est cultu­rel­le­ment très français et on aime tous ça », a-t-il rappelé.

« C’est pas grave de faire la fête, c’est bien même de faire la fête. En plus j’ai le vin heureux, moi j’aime bien les gens quand j’ai picolé, donc ça me suffit large­ment », a reconnu Jean Dujardin, hostile à la drogue, mais heureux de lever le coude.

Pour lui, la consommation de drogue dure n’est donc pas une nécessité. « Quand je suis fati­gué, à 7h du mat’, quand j’ai brin­gué et que je veux rentrer, ben j’ai pas besoin de reprendre une ligne pour me dire « Allez on conti­nue?! » Tout est dit.

Partager >>