Un garçon de 7 ans ligoté et battu dans la cour de son école

La semaine dernière, un jeune garçon de 7 ans a été ligoté et passé à tabac par ses camarades de 7 à 10 ans, dans la cour d’une école primaire de Castelsarrasin. Les parents de l’enfant ont porté plainte à la gendarmerie.

Pour l’inspecteur d’académie de Tarn-et-Garonne, ces faits sont « inadmissibles » et d’autant plus graves que ces violences auraient été commises en réunion et après avoir immobilisé la victime en l’attachant. les parents de l’élève, qui souhaitent garder l’anonymat, ont porté plainte mardi dernier.

Le jeune garçon, qui a été entendu par la police à Castelsarrasin a maintenu ses déclarations. La manière dont s’est produite l’agression a été précisée à la presse locale par une source proche des parents de la victime. « Les faits se sont déroulés dans un coin de la cour de l’école hors de la vigilance des enseignants. Un petit groupe d’enfants a pris à partie le garçonnet de 7 ans, qui s’est rapidement retrouvé les pieds attachés, et il est tombé. Ils lui ont ensuite asséné des coups de pieds dans le dos et les fesses et des gifles au visage » a poursuivit l’informatrice.

© Pixabay / Public Domain

Les jeunes agresseeurs, au nombre de trois ou quatre, auraient commis ces violences devant un groupe d’écoliers qui assistaient passivement à la scène. Choqué, le garçonnet reste traumatisé par ces événements, et n’aurait été ni vu par un pédopsychiatre, ni entendu par une psychologue scolaire.

L’un des proches de la famille de la victime a précisé que « la direction de l’école a commis des maladresses dans le traitement de cette affaire. C’est quand même anormal que dans un établissement situé dans un quartier où la précarité est énorme, on donne la direction à une institutrice jeune et inexpérimentée. »

L’enquête se poursuit

« Des moyens supplémentaires sont nécessaires pour éviter que ce genre de problèmes se reproduise » a conclu la porte-parole de la famille. De son côté, la directrice de l’école, jointe par la presse quotidienne locale, a sobrement déclaré : « Les parents sont au courant et nous avons réglé le problème dans l’école. »

Une inspection est très prochainement prévue afin de déterminer si le nécessaire a été fait en la matière. Des sanctions « morales », au vu de l’âge des agresseurs ont été prises à leur encontre, et les enquêteurs du commissariat devraient désormais auditionner les auteurs de l’agression en présence de leurs tuteurs qui seront également interrogés, ainsi que la directrice de l’école. Une fois l’enquête terminée, ça sera au Parquet de décider des suites à donner à cette affaire d’agression en milieu scolaire.

Partager >>