Amoureux de l’environnement, Paul Rosolie décide de se faire avaler vivant par un anaconda

Ardent défenseur de l’environnement, Paul Rosolie a décidé de marquer les esprits en attrapant un anaconda afin de se laisser avaler, le tout filmé pour un documentaire qui a été diffusé dimanche soir sur Discovery.

En réalisant un tel acte, l’américain Paul Rosolie espérait dénoncer la destruction de l’environnement.

« L’idée est venue après avoir passé dix ans dans la forêt amazonienne et son habitat. Tout le monde sait qu’elle disparaît, mais il n’y a pas assez de gens qui y font attention. Nous avons donc voulu faire quelque chose qui choque vraiment les gens, et provoquer des réactions »

Pour rendre possible ce défi, Paul Rosolie et son équipe sont partis à la recherche du serpent pendant soixante jours dans la jungle amazonienne au Perou. Ils ont tout d’abord trouvé un anaconda de plus de sept mètres et 130 kilos, impossible à attraper, avant de pouvoir capturer la femelle de 6 mètres.

Le serpent n’a pas cherché à attaquer l’équipe, mais à fuir. Pour pouvoir l’attraper il a fallu le provoquer lourdement afin qu’il se défende et avale l’explorateur.

Heureusement, celui-ci était vêtu d’une combinaison spéciale afin de le protéger. Il a pu continuer à parler avec son équipe durant l’heure passée dans le ventre de la bête.

L’Américain avoue avoir eu peur « Que le système de communication tombe en panne, ou celui permettant de respirer, ou les deux. »

« J’aime cette espèce, c’est une créature magnifique. Faire ça était un privilège. Vous vous confrontez à l’un des plus grands prédateurs de la planète et faites quelque chose que personne n’a fait avant vous. J’étais très enthousiaste, mais j’étais bien sûr un peu nerveux »

DR

DR

En se laissant dévorer vivant par le serpent le plus gros de monde, le défenseur de l’environnement a réussi à choquer et susciter des réactions fortes.

Même si la femelle anaconda va bien, et qu’il a apparemment suffi de faire rentrer un nouveau prédateur dans le cercle pour qu’elle recrache sa proie, plusieurs groupes de défense des animaux dénoncent un « coup publicitaire (…) pour des taux d’audience ».

Paul Rosolie indique qu’une collecte de fonds pour la protection de l’Amazonie est associée à l’émission, et ne s’inquiète pas des menaces de mort proférées à son encontre.

Qu’il s’agisse d’un coup publicitaire ou d’une réelle envie de choquer pour protéger, c’est un pari réussi pour la chaine Discovery qui a réuni plus de trois millions de téléspectateur aux Etats-Unis

Partager >>