Révélation santé : les somnifères augmentent les risques d’Alzheimer

Il y avait déjà de nombreuses suspicions sur les effets de la prise de médicaments de type somnifères ou tranquillisants sur le développement d’Alzheimer. Une étude franco canadienne publiée ce mercredi 10 septembre confirme le lien !

Santé : Alzheimer serait favorisé par la prise de somnifères

Les résultats de cette étude menée au Canada et en France par des chercheurs des deux nationalités confirment le lien direct entre la prise de médicaments dédiés au sommeil et la lutte contre l’anxiété et le développement précoce d’Alzheimer.

Concrètement ce ne sont pas les médicaments eux même mais plutôt leurs composants qui sont directement responsables d’un affaiblissement des fonctions neuronales. Le principal accusé c’est donc la molécule nommée benzodiazépine qui se retrouve dans la plupart des cachets contre le stress, l’angoisse ou le manque de sommeil.

Révélation santé : prendre des somnifères augmentent le risque Alzheimer

Santé : ne pas céder à la panique mais réagir contre le benzodiazépine

Comme le précisent les chercheurs, le fait d’avoir recours à un traitement d’anti-dépresseurs ou de somnifères pendant quelques jours ne peut pas assurer le fait que vous risquez de développer Alzheimer.

C’est plus une constatation sur le fait que l’accumulation de benzodiazépine présent dans ce type de médicaments, aurait à long terme, des effets néfastes sur les fonctions cérébrales.

Pour calmer le jeu et éviter un mouvement de panique, il suffit de suivre les indications de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) qui préconise de ne pas suivre de traitement de plus de 28 jours. Ainsi, le corps humain et le cerveau ne pourraient pas stocker de grosses quantités de benzodiazépine dans l’organisme et le risque serait écarté.

Alzheimer est, de toute façon, une maladie multi factorielle ! Ce qui signifie que différents facteurs (génétique, mode de vie, …) entrent en jeu lors de la déclaration de la maladie chez un sujet. Il faut simplement rester vigilant et se renseigner sur les prescriptions des médecins en évitant un maximum de s’exposer sur une durée trop longue au benzodiazépine.

Partager >>