Une mairie impose le porc à la cantine

A Sargé-Lès-Le Mans dans la Sarthe, il n’est désormais plus à l’ordre du jour de servir des repas de substitution aux élèves qui ne mangent pas de porc. C’est la décision qui a été prise par le maire, qui estime agir “au nom de la laïcité”.

Sur les 220 enfants qui mangent à la cantine de l’école, une quinzaine sont musulmans et certains sont végétariens ou soumis à des restrictions alimentaires. En tout, 27 élèves sont concernés par la mesure.

(c) Guy Renault

(c) Guy Renault

La mairie n’invoque pas seulement des raisons idéologiques pour ce choix, mais également le changement de prestataire survenu récemment. Ainsi, les nouvelles personnes en charge de la préparation des repas auraient protesté contre la surcharge de travail que représente un menu multiple. Cependant, il a été démontré par ailleurs que les repas de substitution ne généraient pas de surcoût.

Le porc, selon les menus affichés actuellement, n’apparait dans les plateaux que trois fois par mois en moyenne. Proposer des menus de substitution ne devrait pas représenter un casse-tête insoluble.

Stéphane Fouéré, président FCPE de la Sarthe, a réagi vivement en déclarant qu’il s’agissait d’une “mesure insupportable et provocatrice”. Il ajoute “Est-ce que tout cela ne peut pas se gérer en bonne intelligence ? La laïcité c’est le respect et le vivre ensemble”.

Le parti de gauche de la Sarthe s’est également exprimé, dans un communiqué : “Il n’y a pas de religion dans les assiettes. Les élèves qui déjeunent dans les restaurants scolaires peuvent avoir des contre-indications alimentaires à propos des arachides, du gluten ou tout simplement être végétarien… La stigmatisation sur la viande de porc est tout simplement scandaleuse et raciste.”

Le maire Marcel Mortreau, d’obédience “divers-droite”, ne suscite pas la sa première polémique, puisque le 11 novembre dernier il avait appelé les enfants de la ville à se rendre à l’église pour rendre hommage aux victimes de la Première Guerre Mondiale. C’est ce qu’on appelle la laïcité sélective.

Partager >>