Procès Cynthia : quatre ans ferme pour l’ancien maire de la Faute-sur-Mer

Ce matin, le Tribunal Correctionnel des Sables d’Olonne a rendu son verdict dans le procès Xynthia. Les anciens anciens responsables de la mairie de La-Faute-sur-Mer (en Vendée), jugés coupables d’homicides involontaires liés au passage de la tempête Xynthia, qui avait tué 29 personnes dans la nuit du 27 au 28 février 2010, ont été condamnés à de la prison ferme.

Les sanctions ont dépassé les réquisitions du ministère public. L’ancien maire, René Marratier, est condamné à 4 ans de prison ferme (contre 4 ans dont un avec sursis requis), et sa première adjointe, Françoise Babin, de 2 ans ferme et 75 000 € d’amende, ce qui représente la somme maximale.

Xynthia

Philippe Babin, président de l’association propriétaire de la digue Est, et fils de l’adjointe au maire, est condamné à dix-huit mois de prison ferme. Les parties civiles et leurs représentants, présentes en nombre dans le palais des congrès aménagé pour l’occasion, ont manifesté leur émotion et leur satisfaction après la décision rendue.

Les avocats de la défense ont de leur côté annoncé immédiatement leur intention d’interjeter appel. Il y aura donc un deuxième procès, qui se tiendra à Poitiers.

29 personnes perdent la vie au cours de la tempête Cynthia

Au terme de cinq semaines d’audience, le 17 octobre dernier, le procureur de la République avait pointé du doigt dans son réquisitoire la « frénésie immobilière » des élus pour développer la commune. Cette « urbanisation à outrance » avait mené, selon le procureur, à la mort de 29 personnes, essentiellement des personnes âgées, ainsi que de très jeunes enfants, lors de la tempête Xynthia, dans la nuit du 27 au 28 février 2010.

La plupart des victimes de la tempête ont péri noyées dans leurs maisons, contraintes de plain-pied, qui auraient dû comporter un étage en raison du risque de submersion, alors même qu’une digue était censée protéger leurs habitations.

Partager >>