Noël : des collectifs féministes manifestent contre le sexisme des jouets

Ce week-end, les magasins de jouets regorgeaient de clients fébriles, pressés de faire leurs achats de Noël à une dizaine de jours de la date. C’est l’occasion qu’ont saisi plusieurs associations féministes pour manifester leur indignation face aux stéréotypes dont sont souvent affublés les jeux pour enfants.

Une dizaine de militantes, issues des collectifs Chiennes de garde, Femens, la Barbe ou encore efFRONTé-e-s, ont ainsi investi un magasin de jouets, puis le trottoir d’en face, pour distribuer des tracts et engager la conversation avec les acheteurs.

Parmi leurs slogans, on trouve le percutant “Princesse un jour… Boniche toujours”. Dénonçant le cliché selon lequel les princesses de contes de fée passent leur temps à faire la cuisine et le ménage, les manifestantes ont fait remarquer que les petites filles pouvaient elles aussi avoir envie de jouer avec des épées, des microscopes ou des dinosaures.

Léa, représentante des efFRONTé-e-s, explique : “A l’approche de Noël, on souhaite sensibiliser les clients et les magasins sur l’impact des produits qu’ils achètent ou vendent.”

Pour Roselyne Segalen, membre active des Chiennes de garde : “Les jouets sont le début du conditionnement. Les enfants prennent pour argent comptant les injonctions énormes qui leur disent qu’une fille doit être comme ceci, un garçon comme cela. […] Les jouets ‘genrés’, du style les sciences et la découverte pour les petits garçons et les dinettes et le maquillage pour les filles, sont une régression choquante, cela donne un exemple désastreux et on limite les enfants à des stéréotypes.”

AFP

AFP

Après les indignations suscitées par Barbie récemment, cette période de Noël fait ressortir les controverses : quels cadeaux mettre dans chaque botte ? Les poupées conditionnent-elles les filles à ne s’occuper que des enfants ? Les petits soldats flattent-ils les pulsions violentes des garçons ? Pourquoi ne pas flatter celles des filles ?

En fin de compte, peut-être faut-il avant tout essayer de faire plaisir aux enfants en se penchant sur leurs centres d’intérêt…

Partager >>