Prise d’otages en cours dans un café du centre de Sydney

Une prise d’otages se tient actuellement dans un café du quartier d’affaires de Sydney. Une trentaine de personnes seraient retenue depuis plusieurs heures par au moins un homme armé, et un drapeau islamique noir a été plaqué sur une fenêtre par des prisonniers. Pour l’instant, trois personnes sont sorties en courant de leur lieu de rétention au bout de six heures de captivité, selon les images diffusées en direct par la chaîne de télévision Channel 7. Des négociateurs sont actuellement en contact avec l’homme armé, selon la police.

Les autorités refusent pour l’instant de préciser combien d’otages étaient encore retenus dans le café. Aucun information sur d’éventuels blessés n’a non plus été dévoilée. Martin Place, l’endroit où se déroule la prise d’otages, situé dans le quartier d’affaires de Sydney et qui abrite de nombreuses administrations, a été évacuée.

Rob Griffith/AP/SIPA

Un homme armé a été vu entrant dans le café en portant un sac. Mais ses motivations sont pour l’instant inconnues, et la police n’évoque pas encore d’opération terroriste. Cette dernière s’est dite « prête en cas de besoin », même si la volonté des autorités est de « résoudre la situation de manière pacifique » et souhaiter tout faire pour cela.

Une prise d’otages qui pourrait être une opération terroriste jihadiste

La prise otage se déroule dans le Lindt Chocolat Café de Sydney, que la police encercle depuis plusieurs heures. La télévision a montré un drapeau noir avec une inscription en caractères arabes plaqué par des otages contre une fenêtre. On y lirait une inscription qui serait la profession de foi musulmane, et qui laisserait penser à un lien idéologique avec une organisation salafiste jihadiste.

Par ailleurs, l’Opéra de Sydney a été évacué au même moment, à la suite d’une alerte au colis suspect, sans qu’il soit possible d’établir pour le moment un lien avec la prise d’otages.

L’Australie, engagée depuis le mois de septembre aux côtés des États-Unis dans la lutte contre l’organisation de l’État islamique, avait relevé son niveau d’alerte face à la menace terroriste venant de combattants jihadistes australiens, de retour d’Irak et de Syrie.

Partager >>