La secte Boko Haram enlève au moins 60 personnes au Cameroun

La secte islamiste Boko Haram s’attaque à nouveau au Cameroun avec une incursion menée à l’extrême nord du pays. Ils ont incendié et détruit plusieurs villages et ont kidnappé, au moins, une soixantaine de personnes lors d’un raid.

La semaine dernière, Boko Haram s’en prenait au Cameroun en attaquant la base militaire de Kolofata. Cherchant à asseoir son pouvoir et à contrôler le territoire au nord-est du Nigéria, la secte islamiste attaque à nouveau ce pays frontalier du Nigéria et a investi, dimanche matin, la zone de Tourou située à l’extrême nord du Cameroun.

Ce raid est à l’origine de la disparition d’une soixantaine de personnes, dont beaucoup de femmes et d’enfants, qui ont été enlevés par les combattants de Boko Haram. D’autres sources évoquent le chiffre de 80 personnes. Un officier camerounais a déclaré à l’AFP que: « environ 30 adultes, pour la plupart des bergers, et une cinquantaine de jeunes filles et garçons âgés de 10 à 15 ans ont été enlevés ».

De nombreuses femmes et enfants enlevés par Boko Haram

Bien que peu de chiffres fiables soient disponibles, on sait que plusieurs morts sont à déplorer, et les villages attaqués, celui de Mabass et de Maksy, ont été détruits par le feu. La porte-parole du gouvernement camerounais, Issa Tchiroma, révèle qu’environ 80 maisons ont été détruites.

Ce nouvel assaut de Boko Haram intervient le lendemain de l’envoi d’un contingent militaire par le Tchad. Ce sont près de 800 hommes qui se sont déployés au nord du Cameroun pour contrecarrer la progression des soldats de Boko Haram. L’armée tchadienne se déploie actuellement dans cette zone et espère reprendre la ville nigériane de Baga, tombée aux mains de la secte islamiste après un assaut particulièrement funeste.

Partager >>