Décès du second greffé d’un coeur artificiel Carmat

Les implants de coeur artificiel n’en sont qu’à leur début et ceux-ci se noircissent encore un peu plus, depuis ce début de semaine, avec le décès du second patient ayant reçu un coeur artificiel Carmat. Opéré le 5 Août 2014, celui-ci est décédé, suite à des complications et une nouvelle opération qui n’aura pas suffit à le sauver.

Le patient de 69 ans, opéré au CHU de Nantes le 5 Août 2014, était le second à recevoir un coeur artificiel Carmat. Tout semblait parfaitement se dérouler depuis la greffe, d’après les médecins en charge de son suivi, mais pourtant, des complications sont intervenus il y a quelques jours. Les médecins ont tenté de sauver les choses avec une nouvelle opération chirurgicale et l’implant d’une nouvelle prothèse, samedi 2 Mai 2015. Même si celle-ci s’est parfaitement déroulée, le patient est décédé quelques heures plus tard, suite à des complications poly-viscérales post opératoires.

Le coeur Carmat est le seul coeur artificel basé sur un fonctionnement physiologique et fut le premier au monde a être implanté dans un corps humain. Une opération menée par le professeur Christian Latrémouille à l’Hôpital Européen Georges Pompidou (HEGP) à Paris. Malheureusement, le premier greffé, un homme de 76 ans opéré le 2 Mars 2014, est décédé 74 jours plus tard à la suite d’un arrêt inopiné du coeur Carmat. Les essais avait été stoppés afin d’identifier les causes et corriger les éventuels problèmes. Les essais reprirent en Juillet 2014 avant l’opération du second patient qui est décédé, lui aussi, il y a quelques jours.

Un troisième patient opéré entre temps

Toujours dans sa première des deux phase d’essais cliniques prévues avant son lancement européen, le coeur Carmat vient donc d’essuyer un nouvel échec dans son processus. Cette première phase d’essais est destinée a évaluer la survie des patients implantés et la sécurité de cette prothèse développée à la fin des années 1990. Tous les malades, qui ont été et seront opérés, en étaient, ou son tous, au stade terminale de leur maladie.

La seconde phase permettra à l’entreprise Carmat d’implanter une vingtaine de nouveaux coeurs artificiels et ainsi analyser des critères différents, plus qualitatifs, comme le confort ou la qualité de vie des patients implantés.

Le 8 Avril 2015, un troisième patient a été implanté d’une prothèse cardiaque Carmat par l’équipe médicochirurgicale de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris. Une annonce qui a d’ailleurs été faite il y a quelques jours, le mardi 28 Avril 2015 pour être exact.

Partager >>