3 trois fois moins de meurtres à Paris en 20 ans !

Depuis de nombreuses années, le taux de décès par homicide volontaire en France est en constante amélioration. D’après une étude, Paris, la Capitale française, aurait vu le nombre de meurtres être divisé par trois entre 1994 et 2013 !

C’est une étude publiée mardi, par l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), qui nous annonce que la tendance, ressentie dans tout le pays depuis des années, se confirme bien à Paris. Effectivement, entre 1994 et 2013, le taux de meurtres, constatés par l’Institut médico-légal (IML), a chuté de 65% dans les murs de la Capitale.

Moins de morts, mais toujours autant de tentatives

Ainsi, 3 137 personnes ont perdu la vie lors d’un homicide volontaire sur le sol parisien au cours de la période étudiée par l’étude. 32,8% d’entre elles étaient des femmes et 11% étaient des mineurs. La plupart des morts sont dues à des armes, avec 58,9% des cas, dont 30% avec des armes blanches (couteaux et armes tranchantes), 30% avec des armes à feu et enfin 20% suite à des coups.

Au total pour l’année 2013, ce sont 93 meurtres qui ont été constatés contre 254, 20 ans plus tôt en 1994, mais cela n’a rien à voir avec une baisse des tentatives de meurtres, non. Effectivement, ce chiffre est en constante baisse à Paris, en France et dans les pays industrialisés, grâce aux progrès constants de la médecine et des services de secours toujours plus performants et rapides.

La France peut faire mieux !

De 2,6 pour 100 000 habitants dans le milieu des années 90, le taux de morts par homicide volontaire, est passé à 1,2 en 2013 à Paris et est similaire au reste du pays. Le taux moyen constaté dans le monde est de 1%, la France semble être dans la moyenne, même si en regardant nos voisins, on constate qu’il est possible de faire encore mieux.

Si la Belgique semble être le mauvais élève avec un taux à 1,8, l’Allemagne ou encore l’Angleterre semble avoir beaucoup à nous apprendre avec des chiffres bien moindre qu’en France, respectivement 0,9 et 0,6. Dans le monde, le pays le plus dangereux de ce côté là est le Honduras avec 90,4 alors que, Monaco, Hong-Kong, Singapour, la Polynésie française, le Japon et l’Islande, font figure de parfaits exemples avec moins de 0,5 points pour 100 000 habitants.

Même si la tendance, depuis le siècle dernier, semble confirmer qu’il y aura de moins de moins de décès dus à des meurtriers, il ne faut pas pour autant se réjouir, cela n’est dû qu’à la médecine malheureusement… Peut-être qu’un jour les humains y mettront du leur aussi, ça serait chouette !

Partager >>