Le contrat de mariage de Napoléon et l’impératrice Joséphine vendu aux enchères

Hier, un document datant de 1796 a été vendu aux enchères près de Paris. Il s’agit d’un exemplaire du contrat de mariage signé devant notaire entre Napoléon Bonaparte et Joséphine de Beauharnais, il y a plus de 200 ans. Cette vente a eu lieu au terme d’une semaine de festivités, de reconstitutions historiques et de conférences autour du Jubilé Impérial, qui se tenait à Rueil-Malmaison.

Comme l’indique RTL, L’archive, qui appartenait à un particulier, avait été estimée à 80 000 euros, et s’est envolée à 437 500 euros. C’est le Musée des Lettres et des Manuscrits de Paris qui en a fait l’acquisition, afin de l’ajouter à ses collections permanentes.

Dans son détail, le contrat indiquait en 1796 qu’aucune communauté de biens n’existerait entre les deux époux. Le premier article précise que Napoléon Bonaparte, alors jeune général, et Marie Josèphe Rose Tascher de La Pagerie, veuve Joséphine de Beauharnais « ne seront nullement tenus des dettes et hypothèques l’un de l’autre« .

© THOMAS SAMSON / AFP

Le contrat de mariage de Napoléon et Joséphine de Beauharnais

Ce n’est que bien plus tard, en 1809, alors que Napoléon était devenu empereur et Joséphine impératrice, que le mariage fut dissout, et le contrat annulé. A compter de cette date cependant, Napoléon continua d’apurer les dettes de son ancienne épouse, très dépensière, et de contribuer à son train de vie impérial.

Par ailleurs, trois autres documents ont été acquis par le même musée au cours de cette vente. Un exemplaire original de l’ordre d’arrestation pour trahison puis l’ordre de libération onze jours plus tard de Bonaparte durant la Convention, datées des 9 et 20 août 1794, ont été acquis pour 118 750 euros. Ces deux pièces était estimées entre 60 000 et 80 000 euros.

Enfin, une lettre signée du peintre Jacques-Louis David, concernant une demande de modification de sa toile « Le Sacre de Napoléon », est partie pour 93 750 euros, alors qu’elle avait été estimée entre 20 000 et 30 000 euros.

Partager >>